La vape est-elle moins gênante que le tabac selon les Français ?

La question de l’efficacité de l’e-cigarette comme outil de sevrage tabagique est débattue, en raison du manque de données scientifiques concluantes sur les risques associés au vapotage. Cependant, certains experts médicaux estiment que la cigarette électronique pourrait potentiellement aider à arrêter de fumer, sous certaines conditions. Cette perspective divise l’opinion publique française, comme le révèle un récent sondage.

Les Français préfèrent-ils réellement la vape ?

Selon un sondage réalisé en ligne du 6 au 12 octobre 2023 auprès d’un échantillon représentatif de 3 204 Français âgés de 18 ans et plus, les opinions sur la préférence entre la cigarette électronique et le tabac sont variées. Environ 48 % des répondants estiment que la cigarette électronique est un produit moins gênant que le tabac, alors que 28 % considèrent qu’elle est ni plus ni moins gênante. Seulement 9 % pensent qu’elle est plus gênante que le tabac, alors que 15 % n’ont pas exprimé d’opinion claire sur la question. Ces chiffres reflètent une diversité d’opinions chez les Français quant à leur préférence entre la vape et le tabac. Cela souligne ainsi une certaine ambivalence dans l’opinion publique à ce sujet. Cependant, la vape semble déranger moins.

Rappel des substances que dégage la fumée du tabac

La fumée de tabac contient plus de 7 000 substances chimiques, dont 80 sont cancérogènes. Certaines se trouvent naturellement dans le tabac et d’autres se forment lors de la combustion. Chaque fois qu’une personne fume ou respire la fumée, elle s’expose à ces substances. Cette fumée contient des toxines dangereuses comme le goudron, le monoxyde de carbone, le formaldéhyde, le cyanure d’hydrogène, le benzène, le cadmium et la nicotine.

Le goudron

Dans la fumée de tabac, le goudron est un résidu brun collant avec des centaines de substances chimiques cancérigènes. Différent de celui utilisé dans l’asphalte, il se libère en minuscules particules qui traversent les filtres des cigarettes et atteignent les poumons. Il paralyse et peut même détruire les cils vibratiles qui nettoient les voies respiratoires. Endommagés, ces cils ne peuvent plus éliminer efficacement les particules de fumée et les polluants. Cela augmente le risque de maladies pulmonaires chez les fumeurs.

Monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone est présent dans la fumée de tabac. Il empêche les globules rouges de transporter assez d’oxygène aux tissus, ce qui peut causer des dommages, surtout au cœur et aux vaisseaux sanguins. Ce gaz invisible et sans odeur se trouve aussi dans les gaz d’échappement des voitures et dans les fournaises mal entretenues.

Cyanure d’hydrogène

Le cyanure d’hydrogène est l’un des agents les plus toxiques de la fumée de tabac. Il provoque de nombreux effets nocifs à court et à long terme. Inhaler cette toxine peut entraîner des symptômes comme malaise, agitation, nausées et vomissements. De plus, le cyanure d’hydrogène endommage les cils vibratiles, qui sont responsables du nettoyage naturel des poumons. Il favorise, par conséquent, l’accumulation de particules et de substances nocives dans les voies respiratoires.

Le benzène

Cette substance est reconnue comme un composé toxique et cancérigène par le Centre international de recherche sur le cancer. Une exposition prolongée peut endommager la moelle osseuse qui produit les nouvelles cellules sanguines et entraîner une anémie due à un faible taux de globules rouges. Il est aussi associé à un risque accru de leucémie, un cancer de la moelle osseuse.

Nicotine

La nicotine se trouve naturellement dans les plants de tabac et crée une dépendance aux produits du tabac. Elle agit sur le cerveau en provoquant une sensation de plaisir, renforçant ainsi le désir de consommer davantage de tabac. Bien qu’elle ne soit pas une cause directe des maladies liées au tabagisme, elle crée une dépendance et expose aux autres composants nocifs de la fumée. La nicotine peut aussi affecter la santé des bébés à naître, augmentant le risque de naissance prématurée ou de mortinatalité. Elle perturbe aussi le développement cérébral des enfants jusqu’à l’adolescence.

Le cadmium et le formaldéhyde

Le cadmium, un métal lourd cancérogène, est présent dans la fumée de tabac, selon le Centre international de recherche sur le cancer. Il peut endommager les cellules des vaisseaux sanguins et contribuer aux maladies cardiaques et au cancer du poumon. Par ailleurs, le formaldéhyde, classé comme cancérigène par le Centre international de recherche sur le cancer, provoque une irritation des yeux, du nez et de la gorge chez les personnes exposées à la fumée de tabac. Il peut aussi causer le cancer du nasopharynx (nez, cavité buccale et gorge).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *